C’est notre faute… notre très grande faute…

mere-tt-width-620-height-457-crop-1-bgcolor-edeef0.jpgContrairement à pléthores d’idées préconçues, l’amour n’est pas livré avec la maternité, la culpabilité si. Les mères indignes font désormais leur coming-out et avouent de plus en plus volontiers, avoir observé l’échantillon humain vagissant sorti de (et/ou avec) leurs tripes avec plus de perplexité que d’adoration.

On a le droit, voire le devoir tellement c’est devenu tendance, de dire qu’on n’était pas née pour être mère. Génitrice oui. Moman gâteau non. Pas la peine de râler, si la vie était bien faite, le vociférator serait systématiquement livré avec le mode d’emploi, les réponses qui vont bien, l’instinct, l’abnégation et la patience de Mère Theresa. Il y aurait moins de serial killer en crise avec cet enfoiré d’Œdipe, d’ados junkies sous les ponts, et de clones de M. Pokora.

Lire la suite

Publicités

… quand maternité rime avec Gamma GT

« Ouais mais alors carrément pas quoi. Non mais alors tu vois, vraiment pas quoi. C’est certainement pas la maternité qui va me changer quoi, je veux dire, tout sera comme avant. Y’a juste pas de raison quoi… »


Elle l’a dit, elle le fera, parole d’une mère scout ayant rongé des heures les barreaux du lit de l’hosto . Elle y a droit, elle y a droit. Alors Elle partira comme une écolière faisant l’école buissonnière, sourire aux lèvres et jambes légères. Elle en profitera même peut être un chouia plus que les autres. « J’ai pondu ! Ayé les girls I’m back, faites péter l’apéro! ». Par la force des choses, elle rentrera bourrée, mais heureuse à 4 heures du mat’, le mascara en berne mais 18 balais dans les artères…

Par contre, allez savoir pourquoi, elle apprendra très vite à négocier comme une bête avec le XY, odieux responsable de la chose dont la voix stridente résonnera dans sa tête comme une alarme incendie sur les coups de 5h30.
Lire la suite

… Mother Fucker !

(Vu sur LadiesRoom)

(Girls only) Vous n’avez jamais remarqué ? Devenir une mère idéale ressemble étrangement à un entrainement de GI, à un parcours du combattant, voire à une initiation d’entrée dans une secte :

1- Pour être une mère parfaite la venue de ton enfant avec ferveur et acharnement tu prieras
2- Pour être une mère parfaite, attendre et galérer plusieurs mois tu devras
3- Pour être une mère parfaite des fringues régressives à col Claudine tu porteras
4- Pour être une mère parfaite, souffrir en souriant tu devras et l’accouchement à l’ancienne tu espèreras
5- Pour être une mère parfaite, te transformer en usine à lait tu kifferas

Et c’est bien tout le problème. Si l’on rate l’une des étapes essentielles du rituel, doit-on renoncer définitivement à tout espoir de ne pas finir fichée à la DASS ? Personnellement je n’ai pas connu l’ivresse du calcul des cycles, des câlins à heure fixe et de l’attente anxieuse avant chaque débarquement. Je me demande d’ailleurs si l’orgasme est plus intense les jours d’ovulation … Ou si les positions post-coïtales spécial fécondation ne cassent pas un peu l’ambiance. Pour ma part je n’ai pas refait le poirier depuis la classe de CP.

Lire la suite