… Journée de la femme +1 : à vos soutifs ladies


Hier c’était le centenaire de la journée de la femelle. Par esprit de contradiction, par rébellion je n’ai pipé mot sur le sujet de la journée. Mais parce qu’il reste encore tant de choses à faire et tant de raisons de l’ouvrir, et bien je l’ouvre aujourd’hui.

Déjà parce que je me sens un tantinet concernée par le sujet, parce que je trime, parce que je jongle entre mes 14 vies tout en gagnant 25% de moins que le jeune boutonneux qui bosse à 3 mètres de mon bureau, parce que je lutte tous les jours contre les dernières traces du code Napoléonien. Je ne peux tourner le dos à ma génération de sexe faible qui s’est achetée des couilles ces 100 dernières années, qui ont laissé leur sang, leur honneur ou leur vie pour avoir le droit de vote, le droit d’ouvrir un compte en banque, ou simplement de disposer librement de leur corps. Pas besoin d’être Suffragette pour avoir envie que cessent les mauvaises blagues au sujet de la journée de la femme, pas besoin d’avoir été une Femme Française dans une vie antérieure pour continuer à avancer et pour souhaiter que l’on cesse de considérer la moitié de la population comme une minorité, intellectuelle, politique, sociale ou professionnelle.

Lire la suite

Publicités

… célibataire avec un chat

Je suis célibataire avec un chat

Ben ça y est c’est dit. Je me suis mise à nue. En même temps il fallait bien que je vous l’avoue un jour. Je suis célibataire avec un chat… Enfin je ne suis pas tous les jours célibataire mais j’ai tous les jours un chat.

Chien ou chat il a fallu être claire dès le départ et comme c’était finir au choix soit bouffée par mon berger allemand soit célibataire avec un chat, j’ai choisi mon champ. Depuis je regarde un peu perplexe le monstrueux animal qui partage ma vie. Ben oui, comme j’ai pris option fille niveau supérieur pendant mes études, il a fallu que je fasse compliqué en accueillant un croisement incertain entre un poney (sans les piles) et un lynx (sans l’intelligence), en clair un chat plaqué or de la taille d’un Rottweiler avec le QI de Rantanplan, le tout sponsorisé par un ami des bêtes : mon ex. No comment.

Lire la suite

… les Ex sont des hommes formidables !

Au milieu des hordes des femmes plaquées, bafouées, outrageusement trompées sur la marchandise, je clame haut et fort : mes Ex sont des hommes formidables. Si si. Je ne m’attarderai même pas sur le fait que ces perles rares ont eu l’extrême délicatesse de m’aimer, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… hum, passons. Je n’insisterai pas non plus sur le bon goût, la lucidité extrême que dis-je, le bon sens exacerbé de ces hommes qui m’ont trouvé un instant (ok parfois super court l’instant) belle, intelligente, drôle, sexuellement irrésistible, épousable, bankable… hum passons aussi.

Lire la suite

… Ridée ? moi jamais !

Les marques de vieillesse envahissent la peau des femmes à peu près en même temps que l’apesanteur sur leur poitrine et la culotte de cheval sur leur cheval. On a beau lutter contre l’idée, planquer, tricher, mentir, bref faire ce que toute femme apprend dès son plus jeune âge, rien n’y fait. Un jour ou l’autre, ça pendra, ça flétrira, ça ridera.  Et oui, je sais vu d’ici ça fait rêver, mais c’est la vie. « Ton corps change » dirait le Doc, « il faut apprendre à l’accepter ».

Ou pas.

Face à la secte militantiste des décroissantes, des écolos extrémistes, des néo soixante-huitardes en jupons fleuris et autres femmes proches de la nature et loin de leur Epilady, il y a la secte des femmes qui ne vieilliront jamais. Impossible, elles ont fait une pétition au ministère de la santé pour faire de leurs rides un enjeu national. Elles ont pleuré chez Rosine pour faire stocker les crèmes anti-rides par l’armée, et obliger les médecins à faire de la prévention.

Lire la suite

… dis au revoir à une vraie Lady !

Barbarella s’en va, Barbara est déjà partie, Barb fait sa malle, B va devenir bilingual far far from ze ladies. Pfff… quelle idée, quelle déception, quelle tristesse.

Oh hey ça va hein, je vous vois venir avec vos petits sourcils froncés. La Mag est jalouse et patati et patata, elle est triste, elle donne en plein dans le pathos alors elle pique la guêpe. Et je vous arrête de suite, d’ailleurs je râle même pas là. Je m’exprime. Ranavoir.

Et puis, je suis pas en train de dauber, je n’arrête pas de le répéter : je m’intéresse aux autres. D’aucun diront à ce sujet que je suis d’ailleurs une grande humaniste. Alors loin de moi l’idée même de juger une micro seconde la transhumance de Lady Barbarella herself vers des contrées lointaines. Non vraiment je ne dirai rien. Je ne dirai pas que c’est un scandale d’avoir envie de tenter de nouvelles aventures, que c’est innommable l’abandon d’animaux familiers (car parfaitement moi aussi je ronronne quand on me gratte derrière les oreilles, et ailleurs aussi mais ceci est une autre histoire) sur le bord de l’autoroute de l’information, du WWW comme ils disent.

lire la suite

… teste pour vous : Nora – le one woman stand up show

20h30, dans une rue sombre du 11ème arrondissement de la capitale de la France, deux amies hilares, clopes au becs et apéro en main devisent joyeusement de la performance d’une jeune artiste découverte grâce aux bons soins de LadiesRoom.fr. Les deux beautés (ben quoi ?) échangent intelligemment (comme d’habitude) et néanmoins perfidement (toujours) leurs premières impressions :

Lire la suite

… rien à se mettre, nothing to se mettre

« J’ai rien à me mettre. »
J’adore cette phrase, c’est un peu mon mantra préféré juste derrière le sacro saint « j’ai faim » du réveil, « j’ai beau être matinale j’ai mal » des lendemains de cuite et les « oublie que t’as aucune chance vas y fonce » des soirées chope.

Lire la suite