… les femmes amoureuses sont des êtres détestables

Voilà tout est dans le titre. Les femmes amoureuses sont haïssables, détestables horripilantes. Les femmes amoureuses donnent envie de mettre des claques, de rentrer dans les ordres, d’ouvrir un pot de Nutella et de s’y plonger jusqu’à la crise de foie.

Les femmes amoureuses sont une atteinte à la dignité de la femme. Si si , rien de moins que cela.
La preuve par 3.

La femme amoureuse est un être ennuyeux. Elle n’a rien à dire. Elle se contente de glousser l’air épanouie. Résultat c’est une plaie pour les soirées filles, soirées qui soit dit en passant ont du être décalées 4 fois because of the nouvel amoureux de la femme amoureuse qui non mais on rêve, s’évertue à lui faire des surprises aux dates prévues pour le daubage rituel contre les mecs. Bref, quand vient le tour de table des chipies, casée entre le divorce de Janine, les soirées adultères de Monique, juste après le presque viol consentant de Sophie dans la salle photocopieuse et avant les larmes de Bernadette qui n’a toujours pas conclu avec son sublime voisin de palier gay, notre femme amoureuse balancera un « oh ben moi tout va bien hein, je je suis super heureuse. Je l’aime ». Temps de parole 3 min 50, et toujours cet ignoble sourire. Pas de quoi lancer un débat aviné, pas de quoi rebondir, juste quelques soupirs du bout des lèvres : « oh ben je suis contente pour toi ma chérie » suivi d’un léger et pardonnable cri de vipère « en même temps t’en as tellement bavé avant, et puis on y croyait plus alors c’est génial ». Temps de dauberie possible : 1min20. Vraiment pas de quoi enflammer la soirée. D’ailleurs on ne lui demandera plus comment elle va. C’est bien connu des écrivains et autres verbeux, le bonheur n’a rien à dire. Alors ta gueule vilaine. La femme in love est une meuf chiante. CQFD.

Lire la suite

Publicités

… oublie que t’as aucune chance, vas y fonce

Fonce ma fille fonce, dans la vie faut foncer.
Combien de fois j’ai entendu ça ? « Oublie que t’as aucune chance, vas-y fonce ! »
Et malgré le sacro saint « sur un malentendu ça peut peut-être marcher », j’ai passé pas mal de temps sur le bord de la route. Oh j’étais pas sur le trottoir hein. Juste sur la voie des véhicules lents. Je regardais passer les Porsches. Un peu comme une vache regarderait passer les trains.

Lire la suite

… mens moi !

Si tu m’aimes mens-moi !
Mens-moi, par omission s’il le faut. Je ne suis pas jalouse. Un poil possessive peut-être ? C’est pas ma faute je ne prête pas mes jouets. Enfin je veux dire on ne chasse pas sur mes terres ! Enfin je veux dire je ne partage pas les attentions de mon homme quoi ! Enfin je sais me tenir ! Je ne rejoue pas l’inquisition, ne te renifle pas sous toutes les coutures (sauf si c’est demandé gentiment) et ne fonce pas sur ton portable à chaque fois que tu pars aux toilettes. Je ne flique pas tes SMS, ne craque pas ton mot de passe de messagerie et n’ai pas installé de keylogger sur ton PC.

Lire la suite