… Swimming poule !

Swimming poulePlumée, vidée et à défaut de passer à la casserole, la poule que je suis avait tendance ces dernières semaines à bouillir à la première anicroche. Rien de grave dans la basse cour rassurez vous, juste un petit burn-out à l’horizon. La routine quoi, la classe quoi, on est comme ça nous les poules de la pub, on est bookées, over bookées, pressurisées, atomisées, mais c’est SU-PER, ça fait partie du contrat. Alors pour décompresser, ou éviter de finir en taule et parce que je suis toujours en froid avec la salle de sport, j’ai décidé de replonger dans les délices du chlore.

Ah mais attention, la piscine oui. La déchéance non. Le standing, Darling, le standing ! C’est donc en bikini turquoise, manucurée, pédicurée, maquillée, coiffée que je pars m’ébattre chaque semaine depuis deux mois dans les eaux turquoises du 9-2. Ca n’a pas été facile au début… loin de là, il a fallu trouver le rimmel qui ne fait pas les yeux de panda, le mouvement de brasse qui ne mouille pas les cheveux, les claquettes de piscine qui ne font pas infirmière des DOM-TOM.

Lire la suite

Publicités

… Une fille (de plus) à la page

(Magadit, rejoint le comité de redaction de LadiesRoom et ça valait bien un petit post, un free hug, et un p’tit pot jeudi pour fêter ça !)

LRQui a dit que les meufs se tiraient toujours dans les pattes ?
Qui croit encore que seuls les mecs pensent que se friter pour le sexe opposé est la pire des conneries ?
Qui pensent que les meufs ne s’intéressent qu’à la mode de Prisu et aux recettes de cuisine, qu’elles rougissent en parlant de sexe, qu’elles ne sont que dociles et tendres ?
Qui enfin oserait affirmer que les femmes n’ont rien à dire ?

Lire la suite

… en pleine Détox

Ah le soleil, les vacances, la farniente, ne rien faire avec un grand R, partir en tribu, s’éclater, en profiter pour réfléchir… ERK. Oui, bon admettons que nous ne soyons pas tous égaux devant la notion de détente…

Bref, la plupart des gens normaux abordent la trêve estivale avec sourire et confiance. La plupart des gens normaux, sautent dans leur train/avion/patinette, avec la foi absolue que ces quelques jours de répit vont être synonymes de bonheur et de félicité.

On passera sous silence les ratés, les vacances foireuses avec l’envie d’étriper son compagnon de voyage, ou l’horreur de devoir partager sa chambre avec cette garce de futur-ex-amie dès lors qu’elle aura jeté son dévolu sur notre mec, notre ex, notre target, bref le futur eunuque qui occupait nos pensées… Car après tout qu’importe, il faut positiver.

Lire la suite

…l’orgie calorique

pulignyAvant 30 ans c’était plutôt ça : « Hey les mecs on part une semaine. Pour la bouffe : budget 20€, on se fera des pates on s’en fou. Qui a pensé à la caisse de vodka par contre ? »

Depuis on chante une autre histoire. Une histoire d’amour et de calories, une histoire de traditions et de bon goût. Déjà parce que dans notre tribu on abrite un gourou culinaire, un esthète de la fourchette qui ne sort pas de Paris sans son guide Michelin, qui connait les spots de cuisine fusion au fin fond du Vietnam, de cuisine moléculaire aux tréfonds de Barcelone. Alors forcement ça aide, car s’il ne dédaigne pas un bon Mc Do les jours de flemme, il penche plutôt pour le burger au foie gras de Daniel Boulud à New York. Autant dire que la barre est haute.

Ensuite parce que les vacances et WE en tribu, c’est une zone libre. Une espèce de zone franche ou on ne compte plus les calories, ou on met entre parenthèses le sports et autres fat-burner. On vit. On est bien. On profite, du soleil, de la mer, de la piscine, des enfants (rayer la mention inutile). On se dira bien plus tard dans la voiture le train ou l’avion que oui vraiment c’est décidé :  la diète, le sevrage, le sport c’est pour maintenant. On a déjà le bronzage et l’air épanoui. Pour le reste on a la vie devant nous.

Lire la suite

… Kandinsky forever

Et voilà, une journée à reluquer des oeuvres à Beaubourg, une journée à pietiner devant le talent, à baver devant l’exceptionnel, à s’émouvoir devant le merveilleux, à glousser devant l’incertain,  me voici de retour dans mon antre avec un seul mot à la bouche : où est mon encre de chine  ?…

Alors voici mes essais, version école maternelle. N’est pas Kandisnky qui veut 😉

kandinsky 1

 

 

 

 

 

 

 

kandinsky 2

 

 

 

 

 

 

kandinsky 3

… Scoobite or not Scoobite ?

(vu sur Ladiesroom)

Je me disais ce matin en tortillant mes orteils au vent au rythme de Milow à fond les manettes, planquée derrière mes Tom Ford fumées… que vraiment, y’avait pas à dire : la vida es bella quand on est une scoobitounette !

scootDu coup j’ai décidé de redorer le blason des scooters à Paris – les scoobites donc – trop souvent dédaignés par nos amis motards chevauchant leurs lourdes bécanes (humm messieurs j’adore ce concept soit dit en passant) tandis que nous évoluons gracieusement sur notre rocking-chair à roulettes.

Lire la suite