… t’aime ça hein ?

(Article réalisé à l’occasion de l’anniversaire de la création de la BackRoom sur ladiesroom.fr, et de sa journée spéciale « Alors Heureuse ? » le 28/10/10)

C’est l’histoire de l’humanité, l’histoire des hommes qui arrachant les cheveux de leurs femelles, les trainaient dans la grotte, leur grimpaient dessus en hurlant, s’affalaient sur leur croupe 3 minutes 59 plus tard (et oui c’est la moyenne observée à l’âge de pierre) l’écume aux lèvres en cherchant dans les yeux de leur victime semi évanouie, la preuve de leur virilité assouvie.

C’est l’histoire des amants, l’histoire des hommes en costard qui après avoir fait la cour à leur femelle, les attirent sournoisement dans leur duplex terrasse, leur grimpent dessus en beuglant leur passion, s’affalant sur leur croupe 3 minutes 59 plus tard… vous connaissez la suite. Après tout la durée de copulation moyenne ayant peu évolué depuis les siècles avant JC.

Lire la suite

Publicités

… sous l’oeil du love coach raZor

Exercice incongru cette semaine,  je livre en pature les techniques de drague masculine aux remarques aussi perverses qu’avisées de notre love coach préféré raZor lancé depuis peu dans une entreprise d’utilité nationale  : aider les mecs à draguer ! Vas y mon poulet ! On est toutes derrière toi !

Ohh coach, dieu de la séduction, empereur de l’emballage. Cette semaine j’aimerais te parler d’un fléau frappant de plein fouet la gente masculine : le gonzesse powoa… en effet, je ne sais pas quel est l’abruti qui a demandé aux mecs de laisser parler la femelle qui dort en eux (pour autre chose que s’épiler les épaules). En tout cas quand je me fais draguer par un keum j’ai de plus en plus l’impression de devenir lesbienne… et il ne faut pas croire, ça finit vraiment par lasser…

Concrètement, regardez Jérôme, il m’a draguée sur le net en me parlant mode, un peu de mode, encore de la mode, et surtout en ne dégainant pas une photo de sa bite au 3ème échange de mail. Plutôt cool donc car perso je n’ai rien contre un mec modasse : je me suis dit direct que cela m’éviterait la phase relooking (dites phase d’appropriation de son nouveau jouet). Mais, quand je l’ai vu débarquer sapé comme un mannequin de GQ (les pecs en moins), j’ai eu 10 bonnes minutes de flippe en me demandant s’il ne voulait pas juste faire de moi sa nouvelle amie de shopping tandis que Maurice l’attendait pour lui faire sa fête à la maison.

lire la suite

… Sexe, mensonges et sites de rencontres

Internet m’a rendu belle, je suis sexy du pixel.
Je suis Blondemaisblondefoncée sur Meetic, Femmesexymaisaccessible sur match.com, Tenduecommeunstring sur feu Caramail… Je suis Cancerascendantbalance sur Cosmotwin, Jeunebellericheintelligente sur Attractive World, et Propriétaireattentionnée sur Adopte un kem. Je suis un mail, un compte MSN, mais pas vraiment le mien, un autre pour être tranquille. Je suis 50 mots de passe, mais en fait toujours le même. Je suis connectée partout mais jamais là. Je suis célibataire en pâture sur internet, mais je ne chasse pas.

Alors forcement je suis un peu celle que vous voulez. Je mets ma photo, celle qui va bien de 1979, un peu floue, un peu retouchée. Je ne fais pas mon âge, alors je mens sur mon âge. Je suis grande mais ça fait peur, alors je rétrécie à l’envie. Je suis sportive pour les sportifs et tant pis si je risque l’infarctus au premier rencart, je suis non fumeuse pour les anti-tabac et je dirai que j’ai rechuté, amatrice de cinéma d’art et d’essai pour les intellos et bourrine pour les bourrins. A vrai dire ou est le mensonge ? Je suis un savant mélange de tout ça, ça dépend du quart d’heure. Mais les mélanges c’est moins vendeur. Une métisse sociale d’occasion, pas toujours sure de ses goûts ni de ses humeurs, c’est moins accrocheur. Je ne mens donc pas vraiment je m’adapte au marché.

Lire la suite

… Goodbye Lovers !

Je n’ai pas envie de faire de l’humour quand je pense à toi. Une fois n’est pas coutume, je n’ai pas envie d’être sarcastique, pomme acide ni même orange amère. C’est enfin plus facile de dire au revoir, de te saluer, de te mettre dans la jolie case des histoires achevées. Même des jours, des semaines, des mois voire des années après, je n’ai pas envie d’être triste, je n’ai plus envie…

Oui c’est peut-être cela finalement la fin de toutes les histoires : un simple manque d’envie. Ne plus avoir envie de se battre, de faire des compromis, de tirer une histoire vers le haut quand tu l’enfonces vers le bas, enfin je dis toi , vous, qu’importe le nombre,car dans tous les cas l’envie passe. Ne plus avoir envie de pleurer, ne plus avoir envie de maudire, de crier, de briser les assiettes contre les murs, de jeter son cœur ou son orgueil aux orties. Ne plus se sentir frustrée, déçue par notre histoire, vaincue par le quotidien. Ne plus avoir de rancune ni de remords, ne plus être tentée de réécrire l’histoire, de la repasser encore et encore au ralenti ou en accéléré..

Lire la suite

… célibataire avec un chat

Je suis célibataire avec un chat

Ben ça y est c’est dit. Je me suis mise à nue. En même temps il fallait bien que je vous l’avoue un jour. Je suis célibataire avec un chat… Enfin je ne suis pas tous les jours célibataire mais j’ai tous les jours un chat.

Chien ou chat il a fallu être claire dès le départ et comme c’était finir au choix soit bouffée par mon berger allemand soit célibataire avec un chat, j’ai choisi mon champ. Depuis je regarde un peu perplexe le monstrueux animal qui partage ma vie. Ben oui, comme j’ai pris option fille niveau supérieur pendant mes études, il a fallu que je fasse compliqué en accueillant un croisement incertain entre un poney (sans les piles) et un lynx (sans l’intelligence), en clair un chat plaqué or de la taille d’un Rottweiler avec le QI de Rantanplan, le tout sponsorisé par un ami des bêtes : mon ex. No comment.

Lire la suite

… les Ex sont des hommes formidables !

Au milieu des hordes des femmes plaquées, bafouées, outrageusement trompées sur la marchandise, je clame haut et fort : mes Ex sont des hommes formidables. Si si. Je ne m’attarderai même pas sur le fait que ces perles rares ont eu l’extrême délicatesse de m’aimer, un peu, beaucoup, passionnément, à la folie… hum, passons. Je n’insisterai pas non plus sur le bon goût, la lucidité extrême que dis-je, le bon sens exacerbé de ces hommes qui m’ont trouvé un instant (ok parfois super court l’instant) belle, intelligente, drôle, sexuellement irrésistible, épousable, bankable… hum passons aussi.

Lire la suite

… donne moi ta langue je te dirai qui tu es

Le charme du baiser n’est plus à vanter. Ce n’est plus la peine de faire l’apologie du baiser, ni de rendre hommage aux lèvres si douce. Nul besoin de rappeler l’érotisme intense du french kiss, de la pelle de nos contrées profonde, ni de ressasser les risques épidémiologique à mélanger ainsi nos fluides. Obsolète également l’ode au plaisir, les alexandrins enfiévrés sur les effets pervers sensuels observés sur une femme bien embrassée… Et oui, femme bien baisée est synonyme de bonheur et félicité, on le sait. Enfin pour « elle » tout du moins, car votre humble servante ici s’excuse, elle n’a point d’expérience en tant que sexe opposé.

Par contre fidèle scripte de nos mœurs libérées je vous propose une petite expérience, une démarche anthropologique avant tout (what else ?), curiosité naturelle scientifique (of course !!), penchant irrépressible pour la condition humaine (really ?), une typologie des baisers les plus… hum… étonnants à défaut d’être excitants, surprenants à défaut d’être envoûtants, amusants à défaut d’être troublants, ceux qui échappent à la règle, une minorité de baisers qui ne nous font pas décoller…

Lire la suite