… Sex & the City, le mythe est-il intact ?

Sex and The City, plus besoin d’en faire la pub, c’est du mythe, c’est du lourd, c’est 94 épisodes appris par cœur, des centaines de répliques cultes, un premier film plutôt raté, un deuxième à l’affiche, des fans, des millions de fans, des pages Facebook qui se remplissent comme des petits pains (130 500 fans sur la page française de SATC2 à ce jour)… Bref, SATC comme on dit nous entre filles, c’est gravé dans notre top 10 que nous soyons cougar comme Samantha ou naïve comme Charlotte.

Ce qui à fait fondre nos petits cœurs de donzelles et frétiller nos hormones ? Quatre filles, presque comme nous, avec des envies de rire, de fringues de mecs, comme nous. C’est ce brin d’acidité qui fit la gloire des tout premiers épisodes, des répliques 100% brut de décoffrage, l’absence de tabou, un soupçon de vulgarité, comme peuvent l’être parfois les femmes entre elles, gloussant le nez dans leur Cosmopolitan, perchées sur leurs Louboutins.

lire la suite

Publicités

… dans Dragons, y’a bon (comment ça non ?)

Parfois le boulot de mère indigne est bien trop épuisant. Parfois donc la mère de moins en moins indigne, cède aux sirènes de la tentation de voir s’épanouir des sourires sans fin sur le visage du bambin. C’est beau l’amuuuur.

Bref comme souvent dans ces cas là, j’embarque le demi homme au cinoche voir des films qui n’ont souvent de films que le nom, et croyez-moi j’ai pourtant un goût cinématographique vaseux qui me fait apprécier les plus bouses des sous productions. Alors évidemment, on est jamais à l’abri d’une bonne surprise, heureusement sinon le chromosome Mère fouettarde aurait refait surface illico. Cette année par exemple j’ai réussi à ne pas m’évanouir devant Astro Boy (mais de justesse), à esquisser une demi sourire devant les hamsters de Mission G (merci la 3D), et à obliger l’intégralité des nains de mon entourage à baver comme il se doit devant L’Etrange de Monsieur Jack pendant Halloween… histoire de mettre un peu de culture dans ce monde (cruel pour les géniteurs)  de Pokemon et autres Anna Montana (que Dieu nous garde…)

Lire la suite

… Rise and Fall of a mythe (et non d’une mite, ranavoir)

Prenez un mythe, un tout petit de rien du tout, un mythounet, un petit film, petit budget, metteur en scène débutant, jeunes acteurs tout ça. Prenez Jules et Jim : trois fois rien donc et entre deux trois répliques pas mal (pas cultes hein, juste pas mal) du type « C’est beaucoup trop beau pour eux mais tant pis on choisit pas son public » ou “Tu m’as dis je t’aime, je t’ai dis attends. J’allais dire prends-moi, tu m’as dis va-t-en.”, traine une petite mélodie, le genre qui reste trottiner dans la tête, un peu comme Tata Yoyo ou Bioman…

Lire la suite

… gueules d’amour ou gueules tout court ?

ysl_vincent_cassel.jpg_2C’est en voyant les dernières égéries masculines choisies par les grandes marques que je me suis demandé si le temps la gué-guerre entre les gueules d’amour et les gueules tout court n’était pas de retour avec notre Cassel national en première ligne dégainant son regard Messrine entouré de beautés fatales, pour une grande marque de luxe. Même le (futur ex) sublime Brad Pitt semble s’excuser d’être beau gosse en adoptant la carte de l’humour (et de l’embonpoint ?) en jouant à contre emploi le majordome pour sumos, suivant là de très près le toujours-tombeur-mais-qui-se-la-raconte-pas Clooney.

Lire la suite

… Nobody puts Baby in a corner !

dirty20dancing34Quand on a annoncé la mort de Patrick Swayze (Patriiiiiiiiiiiiiiiick) ce matin y’a eu deux clans, celui des mecs qui ont hurlé devant la fin du mec-qui-est-trop-coooooooool-et-qui-se-recoud-tout-seul dans Point Break ou Road House. Et le clan des filles qui ont manqué un battement de cœur à la perte du plus beau torse (je fais un package Torse/fesse, dans son cas c’est indissociable) des années 80, du mec qui dansait comme une bête, du mec qui nous a fait chouiner 2500 fois dans Ghost du générique de début au générique de fin. Du mec qui nous rappelle avec nostalgie ou horreur notre amour de l’époque.

Faut être honnête, des fois on s’en tape de la mort d’un people, on n’était pas pote après tout. Et des fois non. Ben là c’est non. J’ai jamais vu autant de statuts Facebook nostalgiques (ok je ne parle pas du phénomène MJ sinon va y’avoir polémique)

Lire la suite

… I’ve had the time of my life

Dire que j’ai fantasmé (enfin quand j’étais petite on disait tripper) sur lui dans Dirty Dancing, que j’ai dansé des millions de nuits dans ses bras (oui bon j’étais pec’ hein… j’ai des excuses !), dire que j’ai pleuré devant Ghost, et me suis fichue de lui dans Road house…
Dire que Monsieur Patrick Swayze est mort.

Ben moi ça me rend triste.

Et ce soir soir je materai Dirty Dancing… et je serai triste.
On a le droit d’être une Bitch et d’avoir du coeur ! na!

Now I’ve had the time of my life
No I never felt like this before

Lire la suite