… des anges au Palais Garnier

Hier j’ai rêvé que je volais. J’ai rêvé que mon corps se transformait, qu’il devenait docile. Je rêvais que je le pliais à ma volonté. Mes jambes grimpaient sans efforts derrières mes oreilles, mes orteils devenaient acier pour me porter. Je courrais d’un bout à l’autre avec des enjambées de 5 cm sans avoir l’air ridicule, la grâce m’habitait. Je sautais comme le cabri des Vosges et retombais sans la lourdeur de l’épagneul. Je pliais comme le roseau sans que mon souffle ne me quitte et que mon dos reste bloqué. Mes doigts papillonnaient divinement sans me faire ressembler à une folle épileptique, mes bras s’arrondissaient en un cercle parfait. J’agitais fleur, rubans sans avoir l’air godiche. Je passais de l’autre côté du miroir.

Hier soir devant La Source de Jean-Guillaume Bart, je devenais danseuse étoile. Je lâchais le commun des mortels et leur raideurs disgracieuses, je chassais le vilain, le moche. J’entrais dans un palais, je devenais princesse d’un conte de fée entre l’Orient et le cours de danse. Je quittais la terre ferme dans des bras qui à défaut d’être virils me faisaient virevolter.

Cette nuit j’ai oublié les hommes, ces terriens mal dégrossis pour flirter avec des elfes, à moins que ce ne fussent des anges. Je retombais en enfance et retrouvais ce regard sur le monde empli d’émerveillement Je voyais la magie je voyais l’impossible. En les regardant danser j’oubliais la technique, je ne voyais pas le sport. Quel sacrilège d’ailleurs de coller ce mot qui évoque sueur, 3ème mi-temps, êtres rougeauds et essoufflés, à cet art magnifique.

Hier soir, je me suis drapée dans des soieries magnifiques, des broderies, des couleurs, je me suis noyée dans des chiffons haute couture importables et pourtant sublimes de Monsieur Lacroix himself comme une Anna Wintour dans les fourrures de la prochaine collection d’hiver.

J’en ai pris plein la pomme, la poire et plein les yeux. J’ai soupiré d’envie, j’ai eu les larmes aux yeux, moi qui ne serai jamais un ange, moi qui ne quitterai jamais le sol, qui n’apporterai jamais la grâce. La beauté m’a fait mal jusqu’aux os, et pas seulement à cause de ces fauteuils qui plient en quatre. La perfection attire comme un soleil mais brule comme l’acide.

Et pourtant tout au fond de moi, comme une douleur d’un membre amputé, j’ai entrevu les coulisses. J’ai ressenti leur douleur, j’ai vu le tremblement des jambes, j’ai entendu le choc des chaussons. En zoomant sur le rêve j’ai vu ces poitrines se soulever, à bout de souffle. J’ai perçu les battements de cœurs totalement affolés et pourtant maitrisés, derrière ces sourires magnifiques. Cette fragilité à peine entrevue est d’autant plus touchante qu’elle nous rappelle que ces anges ne sont que des mortels.

Merci à eux, à chacun d’eux.

Publicités

Une réflexion au sujet de « … des anges au Palais Garnier »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s