… Tout petit petit bikini

Je ne suis pas vraiment modasse, plutôt collectionneuse attentive de fringues divers et variées. Ranavoir. Ce hobby comme tant d’autres occupe largement mon emploi du temps, ainsi que mon banquier. Valise d’été oblige, puisqu’on a dépassé les 16 degrés, à moi les robes d’été, les micros jupes etc. J’ai retrouvé avec émotions ma collection de micro fibres, de lycra et d’autres trucs thermo-moulants. J’ai retrouvé avec bonheur ma collection de maillots de bain. Bon et puis comme il faut rentabiliser l’investissement autrement qu’en changeant de bikini 5 fois par jour, voici en exclusivité live les 6 commandements d’une bonne shoppeuse (et oui pour une fois pas besoin de savoir compter jusqu’à 10). Et comme dirait ma grand-mère, qui dit bonne shoppeuse de maillot dit bonne chopeuse de minot…Bref passons.

1- Jamais une étiquette tu ne liras. C’est connu (si si je vous dit que c’est connu) ils mentent sur les étiquettes des fringues mais c’est encore pire sur les maillots. Le 38 compte en moyenne et en tout et pour tout deux triangles de 4 cm sur 8 pour couvrir vos arrières. Ceci est bien sur tiré d’une étude documentée… Et mesdames, que celle qui a un cul de 4 cm sur 8 veuille bien se présenter à l’accueil du magasin merci. Elle pourra récupérer son cache minou et nous pourrons enfin avoir des bas de maillot qui couvrent au moins 50% de notre séant. Non mais…

2- Au grand jamais dans une cabine d’essayage tu ne te décideras… (A moins d’avoir envie de se faire poser un anneau gastrique pour les 20 prochaines années à venir, et d’investir dans des parts de celluM6). Car, entre nous je ne sais pas si vous avez déjà fait l’expérience du premier essayage, ambiance mois d’avril ne te découvre pas d’un fil, cuissots blancs fluo, cellulite de l’hiver, épilation en jachère, traces de chaussettes en sus. Y’a de quoi lancer au loin en hurlant le bikini ravissant, tel un ennemi venimeux et pervers et voter direct pour la Burka waterproof sous ces néons blafards ! On ressort dégoutée, encore plus blême qu’à l’aller, l’humeur à moins 12000 et les envies de meurtre en prime. La VPC les filles, la VPC, pour dégrossir le chantier y’a que ça de vrai. Libre à vous sur les coups de juillet d’aller ensuite craner, dorée et sexy dans les grands antres du bikini, et de foncer direct sur la forme qui vous va.

3- Le fameux faux une pièce tu oublieras. Oui alors ce truc reste un mystère. Directement tiré des années 70, ce 2 pièces relié sur le ventre par une bande de tissus ou un anneau a refait surface dans les clips des gros durs du rap et dans les catalogues d’accessoires X avant d’atterrir un peu paumé dans les pages été de La Redoute et ses 3 Suisses. Tentant donc de devenir la nouvelle naïade du Plessis Robinson, en se disant en prime que le bout de tissus qui remonte cachera gracieusement votre petit bidon. Mais que nenni, que miche. Flagornerie que ceci ! Parce qu’à moins de faire moins d’un mètre 65 pour 42 kilos, le slip taille basse vous remontera jusqu’aux amygdales version string échancré de Sabrina, et le haut tirera tellement vers le bas que vous finirez aplatie sous un 80A. A exclure totalement donc sauf si vous avez investi dans un mec sportif avec option tir à l’arc ! Bon et s’il fallait une raison de plus d’éviter : pour les plus chanceuses, ce sera évidemment l’ambiance toile de tente entre votre cou et les hanches. Heu plutôt 4 places, avec l’auvent qui va bien, pour la tente.
En clair adieu bombasses bonjour bombonnes. Alors ? qui qu’en veut ?

4- Deux tailles au dessus de la tienne tu choisiras. Ben oui, c’est comme ça, pour éviter le phénomène multi-plis, également nommé silhouette Michelin, il ne faut pas essayer à tout prix de s’incruster le tissus dans la chair, sous prétexte que c’est votre taille, sous prétexte qu’au moins « là ça bougera pas ». Parce que je vous confirme direct : ça ne bougera pas, mais les Adonis de la plage non plus ne bougeront pas. Vous pourrez toujours vous noyez ou faire semblant dans votre strapping-maillot, personne ne viendra vous sauver ni vous bécoter. Alors allez-y de bon cœur, voyez grand, tant que ça casse la silhouette c’est que c’est encore trop petit. Bon évidemment, ainsi équipée, vous serez la plus jolie des Barbies mais n’en profitez pas pour tenter le concours de plongée, votre bas n’y résisterait pas… encore que. C’est une bonne idée à creuser !

5- Tes défauts tu planqueras ! Ben oui, on n’est pas qui-quiches quoi. Pas question de dégainer le shorty quand on est courte sur pattes ou la brassière quand on est plate. Dire que ça fait bien 10 ans que les magazines féminins nous rabâchent « trouver le morpho maillot ». En même temps pas besoin d’un diplôme de morphopsychologie pour trouver chaussure à son pied. Il suffit d’essayer et ne pas tenter à tout prix de s’exhiber dans le maillot de l’année. Laissons tomber la mode si c’est pour avoir l’air conne. Bon je dis ça, mais si vous trouvez que la forme qui vous sied le plus est un maillot de mémé, faites un effort s’il vous plait, et recommencez.

6- Le célébrissime bikini à ficelles, dans tes incontournables tu garderas. Parce que celui-ci échappe à toutes les règles, parce qu’il va à 99% des playmates, parce qu’il a la bienséance d’être à géométrie variable, parce qu’il suffit de desserrer le nœud pour planquer un kilo de trop, ou de le resserrer pour fêter la victoire du régime de l’été, parce qu’il a un petit air ingénue, qu’il se décline à l’infini… ce must have tu vénéreras.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s