… Coming out : chacune son tour, tout le monde y passera !

manifQuand on parle coming-out on pense évidemment à la sexualité et aux homos. On pense un tout petit peu moins aux filles, comme si c’était pire. Ceci dit au rayon femelles, la première à sortir du placard c’est quand même Martine, homosexuelle de son état, enfin pardon, on dit Power Lesbienne c’est plus flatteur, et qui assume crânement son coming-out. Elle a bataillé dur. Elle savait qu’elle aurait à le faire. Elle bataille toujours ! Vini Vedi Vici ! Car même s’il reste pas mal de boulot en la matière, on est plutôt bien parti. La preuve, la sacro sainte et conservatrice TV, diffuse désormais la première saga lesbienne « grand public » : L-World, à déguster d’ailleurs quelque soit son orientation ! Gossip quand tu nous tiens…

Par contre, ce dont on parle moins, voire carrément pas du tout c’est du combat quotidien de pas mal de donzelles qui décident, au grand dam de leur parents, de la société et de quelques kilotonnes de principes étouffants éructés par des gens bien pensant, de n’en faire qu’à leur tête.

Muriel par exemple, carriériste au possible, wonder woman du business, continue à se faire harceler par sa mère car à 43 ans, « la pauvre qui est en train de gâcher sa vie », n’a toujours ni mari ni enfant, et surtout aucune envie de se frotter à la vie de famille. Rebelle, elle a demandé à son assistante de publier son coming-out dans le journal officiel de sa boite mais annulera ses prochains diners de famille. Ou alors elle louera un escort pour le diner et se fera un malin plaisir de lancer la supercherie au visage de sa reine mère.

Nathalie n’est pas mieux lotie, c’est une mangeuse d’hommes. Elle cumule les aventures. Il parait que c’est mal. Ses amis s’inquiètent. Les jaloux (enfin les jalouses) aussi… Elle ment depuis peu pour cacher son « vice ». Et si elle aussi par rébellion aime provoquer en lançant « j’aime la bite », elle le fait dorénavant devant sa glace. Car même en étant Ni pute Ni soumise, la respectabilité rime toujours avec hypocrisie. Elle murmure désormais son coming-out en public et hurle à l’injustice sur son blog.

Anne quant à elle ose être grosse dans un univers de maigres. Pire elle se trouve belle et le revendique tandis que sa copine Juliette, 1m50, 42 kilos milite pour s’habiller ailleurs que dans le rayon enfants. Elles s’occupent chacune du coming-out de l’autre, comme deux faces d’une même pièce, comme deux spécimens de foire dans les rayons d’H&M. Elles supportent moqueries et regards appuyés comme certaines femmes qui ont du relever la tête malgré leurs cheveux tondus.

Jeanne brave les interdits et divorce pour la 3eme fois. Elle s’étonne encore de devoir s’expliquer quand elle dit qu’elle sera heureuse de rempiler une quatrième fois avec l’homme de sa vie. Le vrai cette fois, si si. Alors elle porte crânement son coming-out autour du cou, avec 3 anneaux dorés qui bling-bling à chaque mouvement.

Sandra, toute jeune, pas frêle, a décidé d’avorter. Notez que ce n’était pas de gaité de cœur. Malgré ses 18 ans elle se sent vieille désormais. Tout comme Muriel, sa mère ne lui parle plus. La moitié de ses copines non plus. Elle se bat, mais d’abord en silence, d’abord contre elle même. Son coming-out viendra plus tard, elle n’a pas encore la force d’assumer.

Voilà comment elles en sont réduites « elles » et toutes celles qui ont glissé un orteil hors du sentier battu,toutes celles qui sont réduites à  faire leur coming-out tous les matins devant leur glace.Voilà comment toutes celles qui n’ont pas envie d’être des dindes dans un monde de moutons ont l’impression d’avoir à justifier leurs choix comme des criminelles de la pensée unique.

Elles n’ont pas la chance d’être des minorités. Ce serait plus simple. Elles ne sont pas non plus toutes Chiennes de Garde, militantes ou révoltées. Vous les trouvez un peu agressives parfois peut-être, mais comme on peut l’être quand on passe régulièrement sur le banc des accusées.

Publicités

2 réflexions au sujet de « … Coming out : chacune son tour, tout le monde y passera ! »

  1. Tu fais bien d’en parler je trouve, j’ai du mal à comprendre pourquoi notre société se pique actuellement de mettre en avant la « gay attitude » alors que les lesbiennes sont encore rejetées. Attention, je ne dis pas que les homos mecs sont désormais acceptés, mais, à titre d’anecdote, j’ai fait il y a quelques années la gay pride avec plusieurs personnes, homos ou pas. Une fille de mon groupe a détourné le regard en voyant deux filles s’embrasser, disant qu’elle « ne pouvait pas s’y faire », tandis que des mecs à poils sur des chars, ça ça allait.
    Bizarre que quand il s’agisse des sexes, il y ait toujours deux poids deux mesures…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s