… des vautours autour de la dépouille du King of the Pop

(Vu sur LadiesRoom)
Michael_Jackson_1984%282%29On ne parle plus que de ce ça. Exit la crise, exit l’Iran, exit le voyage présidentiel en Guadeloupe. Les médias tournent en boucle, et délayent à outrance l’information de la nuit : The king of the Pop is dead.

Clips, témoignages de people et de fans. Spéculations, tristesse. Les images de fans tournant dans Los Angeles pour trouver l’endroit idéal pour canoniser leur idole. Il n’y a pas de Pont de l’Alma outre Atlantique…

Alors au milieu des tonnes de journaux vendus ce matin sur ce décès, des millions de pages web, des trions de SMS et de larmes je suis interloquée par la pauvreté de la nécrologie de la star :
– Un chiffre : 750 millions de disques vendus
– Un album qui le propulsera au sommet : Thriller
– Un pas de danse : le Moonwalk
– Un père tyrannique, un gamin prodige et malheureux, un homme torturé physiquement et moralement, un homme qui pète les plombs.
– Des accusations, des scandales, des suspicions de pédophilie…

Finalement si peu de chose pour résumer l’idole. Et trop de vautours tournant autour d’une chair encore tiède. Exit le temps de Zitrone et des éloges funèbres, chiants, mais sobres. Je me rappelle aujourd’hui la perte d’un autre monstre sacré : Gainsbourg et regrette la dignité des médias de l’époque. Bienvenus dans l’ère de la médiatisation, dans laquelle Twitter devient le principal relais d’information. 140 signes pour annoncer sa mort. Des sites internet saturés. Des vidéos amateurs autour de l’hôpital. Pour guetter quoi ? Une éventuelle résurrection ? Au milieu de cette orgie d’images grotesque, seuls les sites officiels de la star montrent un peu de décence en fermant littéralement leurs portes en signe de deuil.

Son talent, sa mégalomanie, sa déchéance aussi. Voici ce que des millions de personnes pleurent aujourd’hui. La disparition de l’un des artistes les plus marquants des 30 dernières années ne laisse personne indifférent. C’est la fin d’une époque, et en ce qui me concerne une page de mon histoire qui se tourne.

Comme des millions de personnes, Thriller a été le premier 33 tours que j’ai acheté. Comme des millions de personnes, j’ai frémi sur le clip anthologique de Thriller, pleuré sur Ben, gloussé sur la parodie Fat, spéculé sur ses opérations de chirurgie, décrié ses excès. Comme des millions de personnes je dansais encore hier sur ces hits. Comme des millions de personnes, je lance un post sur la toile, un hommage, une larme solitaire, un digne au revoir. Comme quoi je ne déroge pas non plus à la règle de la surmédiatisation.

La seule chose qui me réconforte, c’est de savoir que comme tous les mythes, il perdurera encore des décennies après sa disparition. Espérons que sa mort ne soit pas simplement considérée comme un coup médiatique à ajouter au palmarès de la star, une manne d’audience pour les magnas de l’industrie de l’information, une manne de revenus pour ceux de l’industrie du disque.

Ces vautours là me rendent triste. Il est des hommes que l’on n’aime pas voir salis. Il est des êtres exceptionnellement doués que l’on aimerait pouvoir saluer une dernière fois, avec sobriété et pudeur.

Si ce post vous a plu, faites le savoir ici :

Publicités

4 réflexions au sujet de « … des vautours autour de la dépouille du King of the Pop »

  1. Ping : … Michael Jakson is dead « Mag a dit

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s