… Martin Solveig à L’Olympia, ça le fait

solveigC’était pas mon idée à la base. Voilà c’est dit. Martin j’aime bien ceci dit, il a un style bien à lui, c’est le petit mec qui ressemble à rien qui te met le smile le matin quand t’es en train de grogner dans ton café. C’est magique, c’est son double effet Kiss Cool, et ça marche aussi dans le train, entre deux réunions ou en club.

 Malgré tout j’ai eu un  peur la moitié de l’après-midi hier, peur de me retrouver au milieu d’une horde de midinettes teenagers hystériques et sautillantes. « Marrrrtiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiin je t’aiiiimeuuuux ». Je n’ai jamais eu l’âme d’une groupie c’est comme ça. C’est super pas mon genre. Enfin en même temps, Fred si tu me lis, c’est pas pareil pour toi hein, parce que tu le sais « Astoooooooooooon I love you forever » !!!!
Hum… revenons à Martin.

 La super bonne nouvelle de la soirée donc était dans la fosse. Une belle fosse de trentenaires motivés (plus de 6 mois qu’on avait acheté nos billets notez), plus occupée par siroter la bière du bar du foyer qu’à glousser hystériquement. Ouf, welcome home ! On est entre nous ça va bien se passer.

Et ça l’a fait. Ma voix éraillée, mes genoux arthrosés et mes courbatures dans les bras en témoignent ce matin. Ça l’a vraiment fait ! Déjà parce que j’avais plus l’impression de me retrouver à un concert underground du Plan à Massy (« Assssstooooon !!! ». Ok ok je sors) qu’à une machine bien rodée de l’Olympia. Parce qu’on l’a fait vibrer ce célèbre paquet flottant (à défaut de démonter les fauteuils on a même chopé le mal de mer). Parce que la mayonnaise a pris, parce qu’on avait plus envie de bouger.

Alors oui Martin ça cafouille, Martin ça sent encore un peu le bricolage, c’est parfois hésitant, les transissions sont parfois un poil ratées, les lumières c’est le minimum syndical, pas de performance vidéo, du son rien que du son. Mais quel bon feeling … On le sentait bien devant notre bol de café ou devant MTV, qu’il avait l’air sympa Martin avec sa dégaine de geek, ses chorés à 3 francs. Ça s’est confirmé hier. Ce mec est dopé aux ondes positives.

Et ça envoi du bois comme dirait le jury de la Nouvelle Star (je sais demain je bosse mes références musicales), et qu’à ma très bonne surprise il n’est pas venu seul avec ses platines. Alors ça vire au rock, ça suinte le pop. Un petit détour par la Soul puis les tropiques et on revient sur les dancefloors. Mention spéciale pour les « voix » charismatiques qui collaborent avec lui dont Lee Field le sosie de James Brown qui a su réveillé les 2 seuls du fond qui ne dansaient pas encore frénétiquement.

Et puis Martin il soigne ses invités. Un nouveau titre pour commencer « Boys and girls » qui va faire exploser les charts sans aucun doute. Il savait la salle acquise, il flatte mais ça transpire la sincérité, il s’éclate et ça se voit. On est entre nous, ambiance buff assurée, les cops sur la scène pour les rappels, on est là pour faire la fête, et tant pis si ça fait un peu amateur.
Nous c’est ce qu’on aime…
Et moi je reviendrai.

Si ce post vous a plu, faites le savoir ici :

Publicités

2 réflexions au sujet de « … Martin Solveig à L’Olympia, ça le fait »

  1. Oh oui! Martiiinnn!!!
    Moi je dis que c’était quand même vachement cool super sympa.
    On remet ça?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s