… La boutique “Hot” qui laisse froide…

Passage du désir… Ça commençait tellement bien.
« Allez les filles, on y va, on va trainer passage du désir. »

Dans cette nouvelle boutique, je voyais naïvement l’interdit, la luxure et l’érotisme. J’entendais les soupirs extasiés des acheteuses sous les murmures avertis des vendeuses. J’imaginais un univers inexploré, plein de délices à tester, des jouets à essayer. Je m’attendais à un boudoir à mi chemin entre Sonia Rykiel et une maison close. J’imaginais du design, de la classe, du luxe, et tout ce qui pouvait distinguer un sex shop glauque et banal d’un antre du plaisir féminin. Je sais je sais, je regarde trop la pub.

Bon. Voilà. Voilà voilà. Ça c’est fait. Accueillie par des rayonnages de gadgets (très) bon enfant, à moins de considérer la plume comme le must du tendancieux, digne d’une boutique La Carterie de l’humour grivois, j’ai vite déchanté. Point positif tout de même : il n’y avait pas le petit curé qui sort son sexe quand on appui sur sa tête .
Autant pour la classe et le luxe.

Premier sourire figé. On y croit c’est plus loin, c’est au fond que cela doit se passer… Oui mais non. Des déclinaisons infinies d’huile de massage tapissent les trois quart des murs (ah miracle du marketing !), et donne le ton du (petit) sexshop branchouille de la rue Saint Croix de la Bretonnerie : Sage !
Autant pour l’aventure.

En guise de murmures voluptueux proférés par des vendeuses Vampirella du sexe, une adorable jeunette nous explique entre 2 bouchées de salade, les derniers miracles de la masturbation masculine via un engin visqueux venu de l’espace : Le Tenga (Japonais donc). Pour l’effet gorge profonde : appuyer ici. Vous préférez l’effet entrée de vagin en position levrette ? Facile c’est le bouton du dessus. Ah je ne comprends pas, le monsieur à droite a l’air tout vert.
Autant pour le glamour.

Alors évidemment, on trouve quelques tenues sexy (3), des lubrifiants à double effet kiss cool (allez je dirai 6 pas plus), et une jolie petite collection de vibros et autre godes plus ou moins design. Le minimum syndical. Mais quelle tristesse ! Et quelles absences ! Aucun films X, ou simplement érotiques, pas de grande nouveauté (parce que le canard, par pitié, mais bouffez-le, le canard mais qu’on en parle plus !), et surtout une absence incompréhensible de préservatifs, si on exclue les gadgets « je te parie que je peux la mettre avec les dents » vendus au comptoir.
Mais que fait la police ? Et le Sida ? On l’éradique avec le vaccin contre la grippe aviaire ?

Alors au final, si c’est quand même plutôt réussi pour débuter sans rougir sur le chemin des femmes qui assument maitriser leur corps et leur plaisir (blablabla…), cela reste d’une timidité effrayante.
Alors au final (bis), j’hésite, oui j’hésite encore. Je me demande en effet si ma déception tient au fait que cette boutique ne tient pas ses promesses, ou si, simplement et beaucoup plus tristement, c’est du au constat déprimant que le marché du plaisir féminin reste encore une zone sinistrée.
Et oui c’est triste je viens de le dire !

En bref pour vous amuser, préférez encore internet et les grands classiques du genre : Marc Dorcel en tête de liste.
Enjoy !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s